S.O-Sextet à la Ferme à Jazz de Bourg-en-Bresse

So-Sextet

Remember Jazz Messengers

... Souvenirs, souvenirs ... Mais comment font-ils donc, ces Jazz Messengers, dont le groupe fut fondé en 1953, pour être encore si neufs actuellement ?
Même si, lors de la soirée qui leur était consacrée à la Ferme à Jazz, les spectateurs ont eu l'impression de retrouver de vieux potes, il semble que contrairement à nous autres, simples mortels, ils aient pris un coup de jeune !

Cette jeunesse perpétuelle est sans doute due au talent des musiciens du "S.O. Sextet" qui, s'ils ont su nous titiller l'oreille avec des thèmes archi connus, nous ont également démontré qu'ils étaient toujours d'actualité, et source d'inspiration perpétuelle.
En effet, avec une belle générosité assortie d'une créativité branchée sur 2015, ils ont à tour de rôle ou à deux, enchaîné des chorus inventifs, baignant dans un léger délire jazzistique bien satisfaisant pour l'excitation des neurones et le décrassage des oreilles.
Ce "Salvatore Origlio Sextet", c'est une formation qui a du corps, comme un alcool fort, mais avec des suavités de liqueur, à l'image de son leader et batteur, tout en énergie mais aussi en nuances et sensibilité.
Quant à son fils Alfio, pianiste, qu'il soit dans l'accompagnement et le soutien des copains ou lancé dans des chorus étourdissants, c'est un talent à l'état pur...
Jean-Pierre Comparato à la contrebasse, Christian Roy, sax alto, Fabrice Bon, saxo ténor, Vincent Stephan, trompette, jouent dans la même veine.

Basé à Grenoble, le "S.O. Sextet" existe en tant que tel depuis environ trois ans.
Cette plongée dans l'époque des Jazz Messengers s'est faite sur une idée de Salvatore Origlio, qui s'est souvenu avoir été impressionné par Art Blakey, et s'être perfectionné à la batterie en écoutant cette formation.
Il nous confiait : "c'était un peu un défi pour moi de m'attaquer à Caravan"...
Ce défi, le "S.O. Sextet" l'a brillamment relevé et le public ne s'y est pas trompé qui a redemandé, que dis-je, exigé, un bis de ce morceau, après le dernier rappel !

Cette soirée particulière a rendu un bel hommage à la formation des années 50.
Un CD, sous le vocable de "Remember Jazz Messengers", permet de prolonger le plaisir et de retrouver cet univers et les grands standards qui nous ont tous marqués : Caravan, Blues March, Moanin' , Politely, etc...

A noter également la sortie récente d'un autre opus : "C'Era Une Volta", sur lequel sont repris les thèmes des musiques de films italiens comme "La Strada", "Il était une fois l'Amérique", "Amarcor" et "Cinema Paradiso".

Quant à la Ferme à Jazz, elle rouvrira ses portes le 27 février pour Raphaële Atlan, le 13 mars pour L'Abeille Rode et le 27 mars pour Sophie Malbec Blues Band.
Le président Jean-Louis Tissot leur réservera à tous, tout comme au public, l'accueil sympathique made in Ferme à Jazz que tous connaissent et apprécient.
Qu'on se le dise..... Ça Jazze fort dans les pays de l'Ain......et c'est tant mieux

Florence Loslier